Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2011

Balise 69 -

"Nous aimons cette seconde si chargée qui brûle encore après que ce qui nous emporte a fui."

René Char

21:50 Publié dans Balises | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rené char, poésie

01/11/2011

Balise 68 - Le temps, le rythme

"La raison humaine ordonne le temps, le crée, mais il se peut que le temps ordonne la raison, et c'est alors le rythme poétique"

Joë Bousquet

21:31 Publié dans Balises | Lien permanent | Commentaires (0)

31/07/2011

Balise 67 - à propos de l'aura

 « C’est aux objets historiques que nous appliquions plus haut cette notion d’aura, mais, pour mieux l’éclairer, il faut envisager l’aura comme un objet naturel. On pourrait la définir comme l’unique apparition d’un lointain, si proche soit-il. Suivre du regard, un après-midi d’été, la ligne d’une chaîne de montagne à l’horizon ou une branche qui jette son ombre sur lui, c’est pour l’homme qui repose, respirer l’aura de ces montagnes ou de cette branche »

Walter Benjamin-

 

19:10 Publié dans Balises | Lien permanent | Commentaires (0)

20/06/2011

Balise 66 - Ah! le sentiment du oui...

« Il n'y a pas, il n'y a sans doute jamais eu de grand poète (et c’est pourquoi les religions du salut au fond ne lesaiment guère), de poète si sombre, si désespéré qu'il soit, sans qu'on trouve au fond de lui, tout au fond, le sentiment de la merveille, de la merveille unique que c'est d'avoir vécu dans ce monde et dans nul autre. La poésie vibre par excellence dans ce sentiment du oui« porté au sommet d'un instant que traversent frissons, battement d'ailes*- et c'est un sentiment dont notreépoque, nous l'avons vu, est plus avare que d'autres. »

*Jules Monnerot

Julien Gracq, extrait de Préférences

 

15:21 Publié dans Balises | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oui, julien gracq, poésie

10/04/2011

Balise 65 - à propos de la langue de l'enfance

"Je crois que s'il n'y avait pas, à l'origine, l'ambiguit de la langue de l'enfance, il n'y aurait pas de poésie : nous parlerions comme des notaires."  Octave Mannoni

15:44 Publié dans Balises | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, poésie

03/04/2011

Balise 64 - Lorca 1931

« L'homme ne vit que de pain. Moi si j'avais faim et me trouvais démuni dans la rue, je ne demanderais pas un pain mais un demi-pain et un livre. Et depuis ce lieu où nous sommes, j'attaque violemment ceux qui ne parlent que revendications économiques sans jamais parler de revendications culturelles: ce sont celles-ci que les peuples réclament à grands cris. Que tous les hommes mangent est une bonne chose, mais il faut que tous les hommes accèdent au savoir, qu'ils profitent de tous les fruits de l'esprit humain car le contraire reviendrait à les  transformer en machines au service de l'état, à les transformer en esclaves d'une terrible  organisation de la  société. »
Federico Garcia Lorca, extrait du discours à la population de Fuente Vaqueros (Grenade) en septembre 1931


02/03/2011

Balise 63 -

"Tout n'est pas veille lorsqu'on a les yeux ouverts"

Macedonio Fernandez

28/01/2011

Balise 62 -

"Seule la parole nous met en contact avec les choses muettes. La nature et les animaux sont toujours déjà prisonniers d'une langue, ils ne cessent de parler et de répondre à des signes, même en se taisant ; l'homme seul parvient à interrompre, dans la parole, la langue infinie de la nature et à se poser pour un instant face aux choses muettes. La rosée informulée, l'idée de la rosée n'existe que pour l'homme."

Giorgio Agamben          

 

 

21:40 Publié dans Balises | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : agamben, la parole

02/01/2011

Balise 61 - L'imaginaire et la lecture selon Michel Foucault

«Pour rêver, il ne faut pas fermer les yeux, il faut lire. La vraie image est connaissance. Ce sont des mots déjà dits, des recensions exactes, des masses d'informations minuscules, d'infimes parcelles de monuments et des reproductions de reproductions qui portent dans l'expérience moderne les pouvoirs de l'impossible. Il n'y a plus que la rumeur assidue de la répétition qui puisse nous transmettre ce qui n'a lieu qu'une fois. L'imaginaire ne se constitue pas contre le réel pour le nier ou le compenser ; il s'étend entre les signes, de livre à livre, dans l'interstice des redites et des commentaires ; il naît et se forme dans l'entre-deux des textes. C'est un phénomène de bibliothèque.»


 

 

12/04/2010

Balise 60 - Pierre Legendre

" Les espaces infinis, les sciences à profusion, la^ surabondance industrielle, mais aussi l’effroi de vivre, l’individu périssable, et les dieux, mortels eux aussi.

Inlassable et solitaire, l'humanité jamais ne se renie. Elle vit, elle meurt sans compter.

Mais il ne suffit pas de produire la chair humaine pour qu'elle vive, il faut à l’homme une raison de vivre.

 

*

 

La raison de vivre, l’homme l’apprend par les emblèmes, les images, les miroirs. Qui manie le Miroir tient l’homme à sa merci."

 


18/03/2010

Balise 59 - Effets de Poésie

Mr Higginson, retour d'Amherst, en 1870, rapporta à son épouse les propos suivants d'Emily Dickinson à qui il venait de rendre visite:

« Si je lis un livreet qu’il rend mon corps entier si froid qu’aucun feu ne pourra jamais me réchauffer, je sais que c’est de la poésie. Si je ressens physiquement comme si le sommet de ma tête m’était arraché, je sais que c’est de la poésie. Ce sont les deux  seules façons que j’ai de le savoir. Y en a-t-il d’autres ? »

08/03/2010

Balise 58 - Se souvenir d'Olympe De Gouges

XXème année - Journée internationale de la femme. Chacun en dira ce qu'il voudra. Juste l'occasion pour moi de mettre en avant la parole decelle qui monta sur l'échafaud le 13 brumaire 1793 et qui 2 ans auparavant avait rédigé une Déclaration des droits de la femme:

"Femme, réveille toi! Le tocsin de laz raison se fait entendre dans tout l'univers. Reconnais tes droits. Le puissant empire de la nature n'est plus environné de préjugés, de fanatisme, de superstitions et de mensonges. L'homme esclave a multiplié ses forces, a eu besoin de recourir aux tiennes pour briser ses fers. Devenu libre, il est devenu injuste envers sa compagne."

11:28 Publié dans Balises | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, poésie