Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2010

Ménaché - Mahmoud Darwich, palestinien planétaire

 

À « l’Autre Salon » de Grigny, le 6 novembre 2009, un hommage au poète palestinien Mahmoud Darwich, disparu au cours de l’été 2008 aux USA, a fait revivre cette grande figure de la poésie arabe d’aujourd’hui. J’ai eu le privilège d’ouvrir cette soirée et j’en reformule pour la revue Décharge la présentation avec le poème dédié à l’auteur et publié une première fois dans la revue Lieux d’être.

 

Je suis né la même année que Mahmoud Darwich. Cela devrait-il suffire pour que je le considère comme un frère ? - Fraternité de poètes !

 

Dans l’anthologie CENT POEMES POUR LA PAIX (Cherche-Midi éditeur - Appel des cent contre l’arme nucléaire, 1987), son nom prestigieux précède le mien. Nos poèmes sont imprimés sur deux doubles pages, dans la proximité des thèmes (Rita et le fusil de Mahmoud Darwich ; L’école du cadavre et Beyrouth 10 ans après de Michel Ménaché). Ce voisinage de papier et d’encre m’honore. Je le reçois comme un signe…

Son poème autobiographique, Rita et le fusil, évoque une rencontre amoureuse avec une juive, rencontre saccagée par la guerre. La blessure à vif, jamais cicatrisée, déchire la page : « entre nous, mille oiseaux mille images / d’innombrables rendez-vous / criblés de balles… »

 

La tragédie aujourd’hui continue ! Face à face, deux réalités : juive israélienne / arabe palestinienne. Aucune ne peut ni ne doit éradiquer l’autre. La voie est étroite, semée d’embûches.

Ces deux légitimités mal évaluées, baignées de sang et de larmes, témoignent de deux destins historiques que ne doit justifier ni le mensonge religieux ni l’exclusive communautariste, voire pire, le critère biologique absurde (ADN !), dernière infamie avancée par l’extrême-droite israélienne !

 

Le discours de M. Darwich est un appel à la sagesse, contre tous les intégrismes, sans concession. Le peuple palestinien est bafoué dans ses droits élémentaires : « le présent se noie dans la tragédie… » Mais, en poète, il célèbre la vie et la beauté. Il affirme que « le seul véritable ennemi de la poésie, c’est la haine ! » Ou encore, défendant sa culture en danger : « la poésie est un combat en Palestine pour désoccuper la langue. »

Dans une lettre ouverte, Hystérie du poème, écrite suite aux turbulences provoquées en Israël par son poème Passants parmi des paroles étrangères dont quatre traductions différentes en hébreu ont été publiées au cours de l’année 1988, son art du pamphlet se révèle, la provocation fait mouche : « Le poème, c’est la guerre, le danger, la peste […] Nous leur proposons un marché : qu’ils suppriment les colonies et nous supprimerons le poème… »

(Hystérie du poème, in Palestine mon pays, introduction de Simone Bitton, éd. de Minuit)

 

Mahmoud Darwich parlait l’hébreu et l’arabe, deux langues sémitiques, deux langues sœurs. Là est la condition du dialogue, sinon la voie ouverte pour que deux peuples apprennent enfin à se parler, à faire tomber les murs de béton ou de haine, à se reconnaître pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils croient ou voudraient être….

Nommer l’Etat d’Israël, Etat hébreu et non « Etat juif » serait un grand pas vers la paix. L’hébreu n’est-elle pas la langue commune à toutes les composantes de l’Etat d’Israël ? Les frontières de 1967 restent une base de négociation même si la discontinuité des territoires palestiniens pose un problème redoutable de coexistence et d’administration.

Deux passeports pour deux peuples, est-ce un rêve irréalisable ?

Le choix du chef d’orchestre israélo-palestinien Daniel Barenboïm est exemplaire, lui qui, muni de quatre passeports dirige un orchestre constitué de musiciens arabes palestiniens - ou des Etats voisins - et juifs israéliens. Israéliens et Palestiniens ont beaucoup à apprendre ensemble, beaucoup plus à gagner qu’à perdre.

 

La poésie de Mahmoud Darwich est lue en Israël. Un ministre de l’éducation avait même proposé qu’elle soit étudiée dans les classes israéliennes. Ehoud Barak s’y est opposé en aveugle…

 

J’ai publié dans la revue EUROPE une note de lecture sur le recueil MURALE - traduit par Elias Sanbar pour Actes Sud en 2003 -. Mahmoud Darwich a écrit ce long poème après qu’il a vu la mort de près, victime d’un anévrisme de l’aorte, en 1998. Dix ans avant de mourir à Houston, en Amérique…

Il écrivait : « Comme le christ sur le lac, / j’ai marché dans ma vision. / Mais je suis descendu de ma croix / Car je crains l’altitude. »

 

Il était à Grigny ce soir-là parmi nous.

 

« J’habite dans une valise, » affirmait cet exilé universel, ce palestinien planétaire.

 

Cette expression m’a inspiré le poème qui suit : Toujours ailleurs…

 

 

 

à Ernest Pignon-Ernest

Toujours ailleurs

Ménaché-RAMALLAH villa ok E. PIGNON-ERNEST.JPGHommage à Mahmoud Darwich

 

J’habite dans une valise

disait-il

L’ailleurs nous porte

hirondelle d’oubli

l’ailleurs fumée de rêves

l’ailleurs aux gonds de nostalgie

l’ailleurs partout où n’être pas

l’ailleurs comme renaître

l’ailleurs d’errances et de dérives

l’entre-deux où se perdre

attente de l’autre rive

 

Ici toujours penche vers l’ailleurs

ici incline ou élève à ciel ouvert

chemin à bascule

sables mouvants de l’espoir

 

Confort étroit de l’ici

risque consenti de l’ailleurs

l’ici et l’ailleurs

frères à tout rompre

 

Ailleurs moulin à tire d’ailes

ailleurs aux ailes de nuages

Ailes d’exil et de tempêtes

soulevant des voix si fragiles

si fortes

 

J’habite dans une valise

disait le poète galiléen

pollen de larmes

mouvement perpétuel

paroles ivres de jasmin

 

J’habite dans une valise

disait Mahmoud Darwich

l’espace pas à pas

l’ailleurs en archipel

 

Palestinien planétaire

Mahmoud Darwich

est mort à Houston en Amérique

sa valise reste ouverte

aux mains fraternelles…

 

© Ménaché

France Burghelle Rey -2 poèmes

( France Burghelle Rey est membre de l'Association des Amis de Jean Cocteau, de l'Association Hélices Poésie fondée en 1994 par Emmanuel Berland, du P.E.N. Club français et de la Nouvelle Pléiade. La poésie semble bien son mode privilégié d'expression car elle a toujours recherché la concision et l'ellipse à la limite du silence. Mais le besoin impératif de musique, règle d'or, à son sens, de l'émotion poétique, explique la rédaction récente de douzains qui tentent de chanter. Publie dans une quinzaine de revues.

Derniers recueils parus:

Odyssée en double, Encres Vives, coll. Encres Blanches, avril 2009

La Fiancée du silence, Encres Vives, coll.Encres Blanches, décembre 2009

Le Marcheur bouleversé, Jacques André, 2010 ( à paraître )

Derniers livres d'artiste publiés:

L'or de ma mémoire en collaboration avec le peintre Georges Badin, Livre pauvre, coll. Aboli bibelot , Daniel Leuwers)

 

*

De l'autre côté des fenêtres dans la lumière

les oiseaux fuient leur nid pour mettre

leurs livrées pardessus noirs et jabots blancs

jusqu'aux écharpes rouges

 

Les grands paons dévalisent les marchands de couleurs

les rayons de Noël de la Belle Jardinière

pour devenir amis avec les arcs-en-ciel

 

Quand ils se battent entre eux

ils s'arrachent leurs plumes

les maîtres en découpent les ocelles

et en font des gommettes qu'ils offrent à

leurs meilleurs élèves

 

 

*

à Claude Vigée,

Ma jeunesse dans sa perte est présente

 

j'ai retrouvé les gommettes du paon sur

les peintures de Mondrian - Palais d'un grand musée -

où je cherchais le sang la musique rouge-sang


J'hésite est-ce l'angoisse ou la joie?

ma bouche ouverte pour l'aleph

il faut se prosterner devant la fiancée

 

De l'aurore du silence à l'aube d'une parole

Mozart je te salue plus que notre Seigneur

 

flammes transmuées en musique

je prends mon élan pour mieux vous traverser

 

 

© France Burghelle Rey

04/02/2010

Fabienne courtade, un poète, un poème

( Fabienne Courtade vit et écrit à Paris. Participe à des revues et à des ouvrages collectifs.

Table des bouchers, éditions Flammarion, 2008
Il reste... éd. Flammarion, 2003
Ciel inversé ( II ) , Cadex éditions, 2002 - Ciel inversé ( I ) , Cadex éditions, 1998
Nuit comme jours , éditions Unes, 1999
Lenteur d’horizon , éditions Unes, 1999
Entre ciel , accompagné d’aquarelles originales de Frédéric Benrath, éditions Unes, 1998
Quel est ce silence , éditions Unes, 1993
Nous, infiniment risqués , éditions Verdier, 1987

Livres d’artistes (poésie / peinture), avec notamment Frédéric Benrath, Gilbert Pastor, Joël Leick, Thierry le Saëc, Jean-Michel Marchetti, Jean Brault, Philippe Guitton. ).

Elle m'a confié ce poème  extrait d'un Cahier Ö - numéro 13, accompagné d'une peinture originalle de Philippe Guitton.
Quinze exemplaires ont été fabriqués en collaboration avec la galerie de peinture l'Espace Liberté, à Crest et la maison d'édition, les Ennemis de Paterne Berrichon.

 

*

 

 

28 juin de l’année précédente


quelqu’un dit  violence noire
sombre
poudrée
point de douceur, un peu de couleurs

sorti des ruines   se déplace aussi

ciel gris  je ne vois pas
même en ouvrant

le corps des  aveugles
avec de petits saignements


alors nous allons en somnambules     sont allées de somnambules


sa main se pose juste au-dessus de ma tête
sorte de battement d’ailes

il s’éloigne très vite





la lumière de la fenêtre
se déplace lentement

on ne voit plus
que poussières, débris de peau



Parfois du bleu en ruine

 

© Fabienne Courtade

 

15/01/2010

Eric Dubois - Deux poèmes

Eric Dubois est né en 1966 à Paris. Poète, lecteur-récitant et performeur avec l’association Hélices et le Club-Poésie de Champigny sur Marne. photo de johann dit one.jpgAuteur de plusieurs recueils dont « L’âme du peintre » ( publié en 2004) , « Catastrophe Intime » (2005), « Laboureurs » (2006), « Poussières de plaintes »(2007) , « Robe de jour au bout du pavé »(2008), « Allée de la voûte »(2008), « Les mains de la lune » »(2009) aux éditions Encres Vives, « Estuaires »(2006) aux éditions Hélices ( réédité aux éditions Encres Vives en 2009), « C'est encore l'hiver » aux éditions Publie.net, « Le canal », « Récurrences » (2004) , « Acrylic blues »(2002) aux éditions Le Manuscrit, entre autres.  Participations à des revues : « Les Cahiers de la Poésie », « Comme en poésie », « Résurrection », « Libelle », «Décharge », « Poésie/première », « Les Cahiers du sens », « Les Cahiers de poésie », « Mouvances.ca », « Des rails », « Courrier International de la Francophilie »

Il est le responsable de la revue de poésie « Le Capital des Mots ».

coordonnées internautiques:
http://www.ericdubois.fr
http://ericdubois.over-blog.fr
http://le-capital-des-mots.over-blog.fr

*

Poème 1: ATTENDRE, extrait de C'est encore l'hiver, publie.net




Il faut attendre
prolonger

La présence
l'absence

La chair ouverte
fermée

Quand le ciel est
attendre quand même

Noir
que les jours aient un sens

Drapé dans un hiver
comment dire?

Opaque
quand on cherche la transparence

Oui
la transparence

Attendre
c'est notre part d'humanité.

*

Poème 2: (Inédit)

La mort  suce le cerveau
dans les rêves du chagrin

Que fait le temps dans cette histoire?

Il accompagne
nos pas

© éric Dubois

25/12/2009

Gabrielle Althen - Deux poèmes

DSC04198 - copie.JPGGabrielle Althen, poète, est aussi romancière, nouvelliste, essayiste. Elle vit à Paris et dans le Vaucluse. Elle est professeur émérite de littérature comparée de l’Université de Paris X-Nanterre.

A publié, une douzaine de recueils de poésie, dont Présomption de l’éclat,1981, Noria, 1983 et Hiérarchies, 1988, chez Rougerie; La Raison aimante, Sud, 1988; Le Pèlerin sentinelle, Le Cherche Midi, 1994; Le Nu vigile, la Barbacane, 1995 ; Coeur fondateur, Voix d’encre, en 2006 et L’Arbre à terre, nu( e)  en 2007; des nouvelles, Le Solo et la Cacophonie, contes de métaphysique domestique, Voix d’encre, 2000, un roman, Hôtel du vide, Aden, 2002. Egalement, Dostoïevski, le meurtre et l’espérance, essai, au Cerf, en 2006 et, tout récemment, La belle mendiante suivi de Lettres de René Char à Gabrielle Althen, l’Oreille du Loup, 2009.

 

Outre sa création propre, elle mène une réflexion sur l’art et sur la poésie et se livre à ce qu’elle considère comme des essais de critique méditative. Elle s’intéresse à la peinture et a écrit sur l’œuvre d’un certain nombre de peintres, dont Edouard Pignon et Javier Vilato. Elle a écrit le texte de Chronopolis, film de Piotr Kamler, présenté à Cannes en 1982.Elle s’intéresse à la peinture et a publié un certain nombre de livres d’art.Elle fait partie du comité de rédaction de Siècle 21, et collabore à de nombreuses revues françaises et étrangères. Elle est également membre du jury du prix Louise Labé et de l’Académie Mallarmé.

Des anges à manteaux bleus nouent des cordes sur les monts

Répétait hébété le patron de ce bar

On prendra ça pour harmonie

Les villes sont hilares

Et voilà l’harmonie !

Les hommes sont fous je sais

Et ils promènent ensemble leur folie

Dans la grand rue qui ne mène pas à la montagne

Place de la République les hommes seuls vont ensemble

Un paysage au loin tend la corde de sa lyre

Et cette paix s’aggrave

Mais les pentes sont douces et la clarté aussi

Une tendresse vogue sous le nuage

Tu dis encore qu’elle n’y est pour personne

Les chambres sont désaffectées

Les chances aussi en sont désaffectées

Pourtant mon corps respire et va rejoindre

Le cri de ses compagnons fous

Un baiser musicien tourne en rond sous le nuage

Le val est vert et la saison profonde

Tu dis que c’est pour rien

Et moi très humble je supplie mon désir

De rester sage et de durer

Entre la mélodie trop fade

Et les cris du séjour

 

 

LE COSMOS N’AURA PLUS JAMAIS TORT

Que les choses du monde viennent manger dans ma main

Que la chose du monde vienne à la main du poème

Et des cris me déchirent

Et la vie traversée par les cris

Une main sur ma main

La jeunesse me dure

Rien ne change

Je respire

Mais le sourcier intime approuve

Que les herbes se pressent dans les eaux créatives

Et les tiges d’énergie que le soleil active

Humble et content dans l’hiver qui palpite

Une main sur ma main

- Cristal ou bien limon ? -

Près du bouquet bourgeonnant de ces eaux

Sans peur il bâtit ses jetées à côté de la peur

Et la lumière sonore se répercute et chante

Et le cosmos enfin n’aura plus jamais tort

- Puis le matin qui recommence

Nous prêtera son auréole

« J’aime » dit en s’éveillant la première tête à déborder de cet espace

Raphaël Monticelli & Martine Orsoni, La légende fleurie, L'Amourier éditions

Couv Légende fleurie312.jpgLes éditions de l'Amourier - voir leur site amourier.com -  viennent de faire paraître La légende fleurie! 30 vies de saints/saintes rédigées d'une plume 4ème de couv Légende316.jpgallègre et leste par Raphaël Monticelli. Chacun étant accompagné de dessins de Martine Orsoni. tous empreints de sensualité et de cette douce ironie.

Oui, Michel Séonnet a raison: "ce livre se savoure comme un lait d'émerveillement"!

J'aurais pu - j'avais même très envie! - de choisir Sainte Rita ou Sainte Réparate, pour leur ancrage niçois, mais en écho à la balise 55, j'ai préféré choisir celle de Marie Madeleine. Merci à Jean Princivalle et Bernadette Griot des éditions de l'Amourier, Raphaël Monticelli et Martine Orsoni de nous avoir autorisé à publier ces lignes!

 

Sainte Marie-Madeleine

 

Certains prétendent que Marie, la sœur de Marthe et Lazare chez qui Jésus séjournait volontiers, était bien Marie de Magdala dont Notre Seigneur avait chassé sept démons et que c'était cette même femme que saint Luc nous présente, sans la nommer, en larmes aux pieds de Jésus Christ alors qu'il était reçu par Simon le Pharisien. On assure même que cette Marie était de noble origine, er qu'elle tirait son nom de "Magdala" d'un château qui lui était échu en partage. La vanité de cette tradition oublie qu'il échut à Marie-Madeleine bien plus qu'une noble origine et un château, toutes choses mondaines et vouées à périr, mais la suprême douceur de Notre Seigneur Jésus Christ, qui abîma son cœur non dans le repentir, comme on le dit très perfidement parfois, mais dans l'amour absolu qui ne demande ni n'attend rien.marie madeleine317.jpg

 

La seule chose dont tu puisses être sûre, c'est que, passant en Galilée, dans la ville de Naïn, Jésus fut reçu par Simon le pharisien, et qu'une femme, du nom de Marie, poussée par la curiosité et le doute, s'introduisit dans la réception. On la disait originaire des bords du lac de Gennésareth, de Magdala sans doute, et elle était connue pour gagner sa vie du commerce qu'elle faisait de son propre corps.

La chaleur était étouffante et le soleil délogeait les due des coins d'ombre qu'il rétrécissait sans cesse; dans la cour où le Pharisien recevait Jésus, un treillage soutenait des pampres lourds, borné par un figuier à l'ombre verre er odorante; du puits central on hissait régulièrement des seaux d'eau dont aspergeait le sol. Marie de Magdala était une de ces lucioles au teint mat; le regard que, petite fille, elle avait vif et rieur, lui était venu, avec la vie, ardent et triste. Cette tristesse du regard était masquée sous la lourdeur des parures, la richesse pénétrante et subtile des parfums et une science assurée du maquillage. C'est ainsi qu'elle présentait aux yeux du monde une apparence arrogante d'éclat et de luxe; et c'est ainsi qu'elle apparut chez Simon, jusqu'à ce que ses yeux rencontrent ceux de Jésus.

Marie savait peser le regard des hommes et y reconnaître la charge de trouble et de désir qu'elle était experte à allumer en eux. Au moment où elle glissait son oeillade entre ses cils, elle vit Notre Seigneur la regarder avec une douceur et une bienveillance infinies, et elle sut qu'elle voyait pour la première fois ce qu'elle s'ingéniait à imiter; elle sut aussi que toute la sincérité de tous les regards d'amour était le reflet de ce regard-là.

Tant de douceur la terrassa; les vannes de son cœur s'ouvrirent et elle fut incapable de retenir les pleurs qui surgissaient du fond d'elle avec la violence innocente et douce des torrents de

mai. Sanglotante et éperdue, elle abîma son visage dans ses cheveux, aux pieds de Jésus qui considérait maintenant Simon avec une curiosité amusée.

17/11/2009

Cécile Mainardi - L'immaculée conceptuelle (extrait)

DSC02418.jpgCécile Mainardi est née et a grandi dans la région parisienne, un oeil néanmoins tourné vers le sud, l'horizon italien. Après des années d'exploration poétique, qui commencent avec un premier recueil Grièvement, se poursuivent avec un autre livre l'Armature de Phèdre, elle garde une prédilection pour le lyrisme, mais accorde de plus en plus de prix à l'inventivité. Si la question du rapport aux lecteurs se confirme comme axe essentiel à son écriture (La Forêt de Porphyre, Je suis une grande Actriste), ses derniers livres tentent surtout chacun à leur manière la restitution de l'unité de l'émotion (la Blondeur, l’Eau Super-liquide). Hésitant toujours entre trouver/révéler/générer de la poésie dans sa propre vie, et susciter de la vie dans sa poésie, elle recharge ou crispe/aère chacune tour à tour de cette hésitation.

 

cette nuit j’ai passé si longtemps à chercher la durée du poème, que le poème a fini par abandonner tout ce dont il parlait pour ne plus rien dire d’autre que sa durée. C’est la seule chose qu’il puisse maintenant vous offrir, mais si vous acceptez de le lire jusqu’au bout, il vous l’offre entièrement et sans détour, quelque soit l’endroit où il s’arrête de lui-même comme par enchantement – puisque il m’est autant impossible qu’à vous de savoir quand- A défaut de figures, il vous donnera au moins cela, le sentiment d’avoir duré tant de temps, et il faudra juste faire en sorte d’être particulièrement sensible au moment où, étant encore en train de lire, vous ne lirez plus, pour que le sentiment de sa durée vous arrive, sans effort, sans vous concentrer spécialement sur la notion de durée, comme l’éclosion d’un nénuphar de silence. Et si vous êtes surpris autant que je peux l’être en l’entendant s’arrêter, alors peut-être avons-nous réellement une chance de nous rencontrer là. Mais peut-être nous connaissons-nous déjà.

Martin Miguel: 40 ans de travail

siteon0-38e4a.jpg

Martin Miguel vient d'ouvrir son site: www.martin-miguel.fr/

Martin Miguel, c'est 40 ans de travail autour d'une question concernant la peinture et ses constituants. C'est cela que rend visible ce site: l'évolution de ce questionnement à propos de la relation entre espace plastique et espace physique qui à partir de l'année 1986 le voit mettre en oeuvre de façon simultané le béton et la couleur, histoire de centrer encore plus son propos sur les relations entre peinture et mur.

22/10/2009

In memoriam Jean-Max Tixier

Tixier-photo-266938.jpgL'homme qui nous a quitté était né né en 1935 à Marseille. Après des études de sciences et de lettres, une thèse de IIIè cycle : "Poésie et Mathématique" il s'intéressa toujours à l'écriture sous tous ses aspects et aux rapports entre la littérature et les sciences.Après avoir animé la revue "Sud", il était membre du comité de rédaction de la revue "Autre Sud". Il était resté fidèle à la revue de Michel Cosem, "Encres Vives".
Poète, critique, romancier, il est l'auteur de plus de 70 ouvrages dans des genres divers (certains en collaboration ou sous pseudonymes), dont une quinzaine de recueils de poèmes.Grand prix Littéraire de Provence en 1994 pour l'ensemble de son oeuvre, il venait de recevoir le prix Mallarmé. Il aura publié son dernier livre Parabole des nuées aux Couv Tixier-Nuées194.jpgéditions Tipaza (82 rue du petit Juas, 06400 Cannes) avec des aquarelles de Fumika Sato . Voici ce qu'il écrivait en préambule:

"J'habite un pays bleu où le ciel s 'ouvre toujours plus grand que le désir. Toutes les nuances s'avivent ou s'abolissent selon que prévaut la sécheresse ou l"humidité. La lumière ne connaît pas de limite. Elle taille des formes aux contours nets, des arêtes dures, tranchantes. Ni l'esprit ni le coeur ne peuvent ruser. Arbres. roches, maisons, posent dans la distance des choses une évidence au-delà de quoi il n'y a rien. Pas même l'espoir. Regarder le ciel est impossible parce que le regard se perd dans l'expérience toujours inachevée de l'infîni. Non pas celui de la métaphysique - il ramènerait à l'échelle humaine - mais la réalité physique qui s 'impose à l'entendement sans interrogations possibles.
Face à l’azur, on ne cherche pas. On constate. Voilà pourquoi l'homme du sud côtoie quotidiennement le néant. Il vit dans la familiarité de la perte. D'où son sens de la fatalité, la distance ironique, la dérision. Refuser de se laisser abuser par l'apparence est une manière de dominer le désespoir. Quand la nature montre à vif ses os et ses tendons, l'homme entretient un autre commerce avec la mort. Il sait que la pierre en lui sera dénudée, que le temps l'usera jusqu 'à l'âpreté qui le tient droit. Alors seulement, dans la fraîcheur des mots recouvrée, viendront les nuages..."

*

 

Histoire de faire un signe de parole à Jean-Max Tixier et à Michel Flayeux, je reprends ici une notule écrite lors de la sortie de Profils de chute et autres partitions de Jean-Max Tixier, publié par Michel Flayeux dans ses éditions Telo Martius.


Depuis Toulon, le poète Michel Flayeux , fondateur des éditions Telo Martius, lance sa collection Calypso, livres de poésie au format de poche et au prix modique de 5 euros.         Avec l’ouvrage de Jean-Max Tixier nous voilà en pays de connaissance. Dès les premières pages, on reconnaît cette écriture heurtée qui caractérise sa poésie. Sa capacité à briser le mot parce qu’il y « sentait battre (des) ailes ». Sa pratique du poème en prose, son rythme qui sait contenir le lyrisme – Ponctuer, pour lui, c’est mettre le pied sur la gorge de sa propre chanson, comme aimait à le dire Maïakovski – son travail sur la langue, à contre-temps, « pour ne pas voir l’abîme pour que les mots ne retournent pas à la nuit ».
Tixier et son « ardeur à maintenir vivant » montre combien le feu de poésie peut prendre dans la langue et combien sa lumière et sa chaleur nous sont nécessaires.

(j’écrivais cette note en 2005 et elle paraissait dans la RLEL (Revue Littéraire En Ligne) Sans papier du CRDP de l'académie de Nice en 2006.)


Jean-Max Tixier, Profils de chute et autres partitions, (extraits)

« Tu écris pour ne pas voir l'abîme. Pour que les mots ne retournent pas à la nuit. Droit devant. Lucide sans lumière. Tu construis un pont sur le vide. I.'arche du désir qui te soutient. La pierre d'angle est la plus éloignée du mensonge.   
La mélopée s'élève d'un campement parmi les ruines. Les voix tissent le fil depuis le premier son. Le souvenir des pluies relie le songe à deschants plus anciens. Quoi d'autre ? La clartévacillante aux lèvres du conteur. Cette terrible ardeur à maintenir vivant. »

 

 

19/10/2009

La solitude de la fleur blanche d'Annelise Roux lu par Marie Jo Freixe

couv Annelise Roux215.jpgUne belle rencontre au dernier festival de Mouans Sartoux que celle avec Annelise Roux et son dernier roman La solitude de la fleur blanche ( Sabine Wespieser, 20 euros) . Un titre énigmatique pour un roman qu’on pourrait dire d’apprentissage puisqu’il s’agit là du récit d’une jeunesse  découvrant la littérature et  l’écriture tout en menant quête, voire enquête, sur ses origines familiales.Un récit foisonnant où se mêlent les souvenirs d’une famille «  pied-noir » échouée dans le Médoc après l’indépendance de l’Algérie et le libre cours d’une «  nostalgeria », nostalgie d’une terre que la narratrice n’a pas connue mais qu’elle invente comme l’inventeur invente ses trésors car elle est au plus profond d’elle même.
Une petite fille va grandir dans un environnement hostile à sa famille : grands-parents, parents, rapatriés sans fortune, ballottés au gré d’événements qui les dépassent, travailleurs de la terre, de celle-là comme de celle-ci, repartis dans une autre vie, essayant  de se faire accepter dans des lieux qui ressemblent à ceux qu’ils ont quittés. Frustrations, humiliations, sentiment d’être rejetés, vont peser sur cette fillette trop sensible qui par amour et solidarité familiale les prendra à son compte. Si les vivants qui se demandent si souvent «  comment peut-on être pied-noir ? » dressent au devant des nouveaux venus des murs d’incompréhension c’est auprès de leurs morts qu’elle va chercher refuge , faisant du cimetière de l’endroit son terrain de jeux et c’est par l’évocation de leurs malheurs et de leurs drames qu’elle tente de se rapprocher d’eux. En vain. Pour gagner leur confiance rien ne vaut,.  Pas même le malheur de la perte du père dans des circonstances tragiques.
Nul dolorisme ou apitoiement pourtant, l’émotion est contenue ; l’ironie du ton ou des circonstances rapportées parvient à tenir le lecteur à distance mais en équilibre, entre larmes et sourires. Nulle volonté de règlement de compte ou de revanche non plus.
Une belle écriture, parfois proche de l’écriture poétique, une langue riche qui sait jouer avec les mots, un style brillant de quelques images bien venues…et voilà un récit qui conduit par bien des chemins, vers l’Histoire, celle    des « événements »et autres épisodes douloureux de notre temps, vers la Littérature par le truchement de cette narratrice boulimique de lecture depuis son plus jeune âge qui va jusqu’à s’attribuer pour grands-pères, Hemingway et Beckett et deviendra écrivain par tradition familiale donc …vers la Peinture également quand la réalité se décrypte devant une toile : c’est alors que  se résout l’énigme du titre, dans la magnifique description d‘un tableau de Van Gogh, quelques pages avant la fin.
Annelise Roux pratique l’art de la digression avec élégance : opère des rapprochements entre personnages ( admirablement campés) et situations fictifs et ceux de la réalité; ses références sont multiples,  le lecteur s’y retrouve ou  les découvre, il les reçoit comme autant de signes d’invitation à entrer dans une famille de papier, au seuil d’ un monde peut-être mieux compris et par là, en voie de réconciliation.
La rencontre fut belle à Mouans, elle est toujours possible au détour des pages de ce beau roman qui trouve sa juste place chez Sabine Wespieser dans le catalogue d’une maison d’édition exigeante et dans l’attente d’un prochain rendez-vous.

© Marie Jo Freixe

14/10/2009

Jean-Claude Villain: Trois diurnes

JC à Florence (sans micro).JPG( Né en Bourgogne Jean-Claude Villain a très tôt choisi un ancrage au Sud, et après avoir beaucoup fréquenté la Grèce, partage sa vie alternativement sur les deux rives de la Méditerranée entre Var et Tunisie. Depuis 1974 il a publié une vingtaine de livres de poèmes, tous accompagnés de la contribution de plasticiens, ainsi que des chroniques et nouvelles, des pièces de théâtre, des essais, des études critiques, des versions françaises de poètes étrangers, et de nombreux livres d’artistes. Ses deux derniers titres (parus en 2008) sont : Fragments du fleuve asséché (Ed. L’Arbre à paroles) et Vrille ce vertige (Ed.Propos2).)

 

 

Trois diurnes

 


1-      Un jet de lumière traverse la mer. Le ciel n’est plus qu’un arc bandé. Pourtant encore l’aube, à peine. Flux de comète, du blanc gicle. Sans forme. Sans feu. Sans nuit. Traîne luminescente. Se peut-il que les pétales neufs d’une saison s’aventurent à poursuivre le vent ? A l’extrémité de leurs branches, les arbres poudroient une neige fine. Or stellaire aveuglant les oiseaux. Les faisant paraître ivres. Au point du jour sur l’autre rive que sera le chant si aucun migrateur ne le précède?




2-      Le jour est monté. Sous le soleil battent des ailes sanglantes qui étouffent tout cri. Aveugle, une promesse torride touche son terme. Inutile flamboiement. Apothéose, stérile de toute suite. Les désirs consumés se transmutent en calcite noire. Se précipitent dans la froideur du vide. Rouges gouttes glacées. Tombées à l’aplomb de vastes trous. Ouverts dans la terre. Figés ils stagnent en couches. Sédiments. Que la vrille du doute. Taraude.




3-      Il est tard. Un corbeau blanc s’est échappé du jour. Rivé à la terre son œil sait tout. Il cherche désormais un nuage pour se confondre. S’oublier. Ils disent : « c’est Phénix, c’est lui, il était noir ». Au crépuscule le soleil manigance de telles métamorphoses. Pourtant tout vol n’appelle pas le vent. Ce soir, à qui donc se fier ? Le rossignol qui chante, l’as-tu vu ?

01/07/2009

Alain Richer: un homme en marche est une cause libre

ALAIN  RICHER est né à Angers en 1946. Après différents séjours en Languedoc, Lozère, Pyrénées, Rhône Alpes, Cévennes, Normandie, il vit à La_Users_alainricher_Desktop_100_2927.JPG Rochelle depuis 1991. Il a publié dans différentes revues telles que : Phréatique, Laudes, Cahiers de l’Archipel, Encres Vives, Triages, Friches, Arpa etc…
En édition, on relèvera: Economie de l’air (Ed. G.Chambelland 1992); Les îles sont des rivages de sel (Ed. Océanes 1996); Le mûrier dans la mer (Ed. Rumeur des âges  1996); Grande patience de la Loire (Ed. Encres Vives  1997); Les sources du Lathan (Ed. Clapas  2000)


Il vient de publier Chemins du Monde Carré aux Ed. des Vanneaux en 2009, chemins des hommes libres selon Le livre des serfs de l'abbaye de Marrmoutiers (Xème), sur lequel pèse ce "ciel" que j'extrais de cet ouvrage:

Le ciel

 

Petite halte dans la nuit

 

Le chasseur s'est tu

l'if soudain

déchire l'oeil de la biche

 

pur comme le sang

qu'il sale sur les lèvres

le temps siffle sans chair

 

d'un souffle l'arbre se plaint

feuilles arrachées, fables qui montent

restes figés de matins accomplis

 

peut-être le froid plus froid

sur l'éternel vécu du givre